Créer mon blog M'identifier

TAG : DIX RAISONS DE M’AIMER.

Le 16 juillet 2015, 22:24 dans Lifestyle 8

 

Je triche un peu, je n’ai toujours pas été nominée par qui que ce soit, mais je n’allais pas rester sur un article qui ne joue pas en ma faveur. Alors me voilà, de retour !
001. Je prends soin des gens que j’apprécie. Tu veux m’appeler à 02h du matin parce que l’amour de ta vie, mâle ou femelle, a joué avec ton petit coeur en sucre ? No souci, je suis là pour t’écouter, te soutenir, t’épauler. Et s’il ne fait pas trop froid, je peux même venir te chercher au fond de ton lit, sous tes quatre couvertures, pour t’enlever ta boîte de mouchoirs, arrêter ton film romantique, et pour aller retrouver bidule à l’autre bout du monde. Il / elle ne verra jamais plus le soleil se lever, crois-moi.
002. Je rigole facilement. Sors une blague nulle que je connais depuis dix ans, et tu auras au moins une personne dans ton public. (Il faut aussi dire que je me fais rire moi-même, mais bon, ça fait plutôt tâche.)
003. J’aime les jeux vidéo. Ouiiiiiii, c’trop cool.
004. Je suis fidèle. En amitié, en amour, peu importe. (De nos jours, c’est devenu une qualité ; alors que de base, c’est censé être normal..)
005. Tu ne me donnes pas de nouvelles ? Sois rassuré(e), je ne vais pas te harceler de messages ou d’appels pour te demander des explications.
006. Je suis l’amie idéale pour une fille. Pourquoi ? Physiquement, je suis ce que j’appelle un « spécimen banal ». Jamais je ne te ferais de l’ombre, ma jolie. Ah, et inutile d’avoir peur pour ton mâle ; le mien me suffit largement.
007. Je suis unique. Heureusement pour l’humanité, d’ailleurs. (Tiens, ça devrait peut être aller dans le côté négatif de la force, ça.)
008. Je suis gourmande. Toujours en train de manger des cochonneries. Donc si tu frôles l’hypoglycémie, ne t’en fais pas, je pourrais anticiper et te sauver avec un gâteau ou des bonbons. (Je sais que ce n’est jamais agréable de tomber dans les vapes pour cette raison.)
009. Je suis géniale. Bah quoi ?
010. Je suis comme Olaf, dans la reine des neiges : J’adooore les câlins.
Fini. C’est bon, vous m’aimez un peu plus ? Je me verrais bien continuer à étendre ma liste, mais vous risqueriez de finir jaloux / jalouses.

TAG : DIX RAISONS DE ME DÉTESTER.

Le 15 juillet 2015, 19:54 dans Lifestyle 4

Après avoir vu cet article sur plusieurs blogs, et ayant trouvé l’idée originale, je me suis dit qu’à mon tour, j’allais le faire. En plus, c’est une bonne façon de vous en montrer (un petit peu) sur ma personnalité. J’ai eu du mal à rédiger, mais il faut avouer que réfléchir sur moi-même était plutôt fun. Sur ce, bonne lecture.

001. J’ai du mal à prendre des décisions. En règle générale, les réponses que je donne sont les mêmes, soit, « comme tu veux » ou « je ne sais pas ». Évidemment, ça a le don d’énerver monsieur l’amoureux, ma mère, le psychopathe de la rue voisine, Lady Gaga, le président, les habitants du continent le plus éloigné d’ici, etc.

002. Je suis têtue et obstinée. Si j’ai une idée en tête, qu’elle soit complètement idiote ou non, il va vous falloir un powerpoint de dix pages avec d’excellents arguments pour me faire changer d’avis. Et encore, j’ai comme un léger doute.

003. Je râle et me plains autant que je respire. Ce n’est pas méchant, je ne cherche pas à embêter qui que ce soit, mais si quelque chose ne va pas, il faut que j’en informe le monde entier. Ou au moins (désolée pour elle), la personne qui se trouve à côté de moi. « J’ai faim, soif, chaud, froid, mal à la tête, au ventre, je m’ennuie, je veux faire ci, ou peut être ça, je suis fatiguée. » N’importe quoi y passe.

004. Je suis incapable de cacher ce que je ressens. Tout se voit sur mon visage, ou ma façon d’agir. Que je sois triste, énervée, contente, gonflée, ou autre, peu importe. Un inconnu croisé sur mon chemin pourra vite deviner comment je vais.

005. Je m’énerve facilement. Par exemple, quand le mâle reçoit un sms, une réponse est envoyée trois secondes plus tard. Si ça vient de moi et que le contenu ne l’intéresse pas, je peux toujours aller me faire voir. Bonjour les prises de bec.

006. Je suis sensible et me vexe vite. Ose me dire que j’ai grossi, que tel vêtement ne me va pas, que telle coiffure me rend ridicule, ou que je te prends le chou. Je vais vite m’enfermer dans ma bulle imaginaire dans laquelle tu n’auras jamais accès.

007. Je pleure souvent. Pour certains, c’est de la faiblesse ; pour moi, c’est normal. Si j’ai envie de transpirer des yeux, c’est qu’il y a une raison derrière. Alors laissez-moi chouiner sans m’enfoncer, merde. Ce n’est pas parce vous avez décidé de vous forcer à ne rien montrer quand ça ne va pas, que je dois forcément agir comme vous. Si je suis triste, je pleure, et puis c’est tout.

008. Je vis dans un bordel organisé, et il n’y a pas de souci. Jusqu’à ce que ça me pompe l’air, que je décide de faire un grand ménage, et que quelqu’un laisse traîner une assiette, une canette, ses clopes, n’importe où. Des gifles se perdent.

009. Ma flemme légendaire aura raison de moi. Je peux avoir une ou cinquante choses à faire, je trouverai toujours un prétexte pour reporter à un jour prochain.

010. Je me dévalorise tout le temps. Gros problème de confiance en soi, ce qui devient pesant pour les gens qui tiennent à moi. Mais rien à faire, je n’arrive pas à penser positif.

Et pour vous, chers inconnu(e)s ? Quelles sont les dix raisons qui font que nous devrions vous détester ?

J’SUIS UNE GONZESSE, MAIS PAS UNE FILLE.

Le 15 juillet 2015, 15:23 dans Lifestyle 4

image

« Non mais c’est qui ce titre d’article à deux balles qu’elle vient de nous pondre, là ? » Calmez vos ardeurs, jeunes scarabées, les explications vont arriver.
Inutile de le préciser, ça laisse plutôt à désirer ; mais au moins, tout est dit. J’ai beau avoir un vagin comme une bonne partie de la population mondiale, ça ne fait pas de moi un bout de femme avec un air chic et une paire d’escarpins. Au contraire, je suis à des années lumière de ça. Quand je vois toutes ces filles de mon âge qui se trémoussent dans la rue avec un brushing parfait, une manucure impeccable, des vêtements soignés et sans faux-pli (pour ne pas dire « neufs »..), un sourire colgate, une silhouette à en faire baver n’importe qui, un téléphone dernière génération avec l’option « je fais la cuisine, le ménage, et je garde les gosses », ça me donne juste envie de vomir. J’aimerais être bonne cuisinière, par exemple, mais la seule chose qui se trouve dans mon carnet de compétences, c’est les pâtes (seules, hein, faut pas déconner). J’aimerais être sportive, douce, calme. Mais nous savons très bien que le Père Noël est en vacances, au mois de juillet, donc on va vite redescendre sur terre et se calmer.
Enfant, j’étais touche-à-tout. J’avais beau adorer mes poupées barbie, j’étais aussi cette gamine qui joue avec les petites voitures de ses frères. Sans compter le fait que je passais mon temps à faire des parties de foot, à grimper dans les arbres les plus hauts qui étaient sur mon chemin, et à éclater tous les garçons de l’école pendant les cours d’eps. (Je me souviens, une fois, on faisait une course, et j’étais contre le chouchou des filles, qui était également le fils d’une maîtresse. Il avait beau être doué quand on le comparait aux autres, moi, je l’ai laminé. Tellement que.. bah qu’il en a pleuré, oui oui. Il s’est fait consoler par ses groupies, mais franchement, quelle tâche. Le mauvais perdant dans toute sa splendeur, j’vous promets. Bref.)
Après, physiquement, je ne suis pas à plaindre. Mince, une jolie bouille, toussa toussa. Le souci, c’est que je suis « mignonne ». Pas « belle », mais « mignonne ». Bon, d’accord, j’ai aucune raison véritable de râler, mais essayez de comprendre le sens de ma phrase. J’ai la bouille d’une enfant. Le mois prochain, j’aurai vingt ans, et certains spécimens pensent encore que j’en ai quatorze, grand maximum quinze. Si je me fais une couette ou si je mets une jupe, c’est le drame. Imaginez quand je me mets un peu de mascara. Mon mâle, pour m’embêter, ose quand même me dire « oh, c’est carnaval ». Aucune crédibilité, ça devient pesant.
D’un côté, je suis cette princesse geek qui manque cruellement de sex-appeal, qui peut passer des heures devant sa console, qui mange gras, et qui rote. D’un autre, je suis cette grande fan de tout ce qui est « kawaii ». J’aime regarder des dessins animés, ou des disney, tout en mangeant des cookies avec un grand verre de lait, et mon chat qui ronronne sur mes genoux.
J’suis une gonzesse, mais pas une fille. Et c’est pas plus mal ainsi.

Voir la suite ≫